Succession inordonnée

Jouet
Hors – Science

 

 

 

Version de la vie 1
Mise en scène de la question

 

 

 

Bac
Didactique des touches

 

 

 

facettes
Phylactère

 

 

Motifs photographiques obtenus après relecture du plaisir du texte et de l’empire des signes de Barthes par le collectif Ruhe – Le Cirque.

 

6 réflexions sur “Succession inordonnée”

    1. Nous reprenions les mots de Roland Barthes dans -Le Plaisir du texte- : … »Il a donc fallu s’ en remettre à une succession inordonnée de fragments: facettes, touches, bulles, phylactères d’un dessin invisible: simple mise en scène de la question, rejeton hors science de l’analyse textuelle. » Pour répondre à votre question- Un univers onirique peut-il être ordonné?- Oui, l’ordre n’est pas un frein à l’imagination ni à la poésie, encore moins au jeu ou à la création. Merci pour votre visite et votre commentaire.

      J'aime

  1. Je n’ai pas réfléchi de façon très approfondie à la question, et ne suis pas une spécialiste des théories esthétiques. Ce qui me vient (de façon peut-être un peu basique), c’est que l’ordre me semble du côté d’une opération de contrôle mental, alors que ce qui est onirique me paraît en grande partie la résultante de hasards, d’associations, de fulgurances qui échappe à un geste mental totalement conscient, sorties d’un esprit digressif, qui opère des rapprochements inattendus. Ce n’est donc pas que je pense que l’ordre soit un frein, mais plutôt qu’il serait d’une autre texture que certains rêves créatifs. J’associe rêve à inconscient, et si l’inconscient est structuré (et donc, sans doute « ordonné », d’une certaine façon), il me semble que c’est d’une façon qui nous échappe.
    En même temps, est-ce que la création introduit une cohérence dans le réel ? peut-être, en soulignant des choses invisibles à l’oeil nu ?
    Vos superpositions photographiques, qui mettent en lien dans une même vue des objets qui ne superposent pas sans vous créent pour moi un univers qui permet des échappées « rêveuses », qui ouvrent des portes et des perspectives qui me conduisent, en tant que spectatrice, à déstructurer une vision ordonnée du monde (si tant est que j’en ai une)
    🙂
    Bon, je raisonne de façon un peu floue, et sans référence à ce texte de Barthes que je n’ai pas lu.

    J'aime

    1. La créativité c’est une manière de désobéir à son cerveau. La traduction de nos émotions/Sensations nous apparait comme des traces intimes qui ne peuvent s’exprimer qu’avec le traitement technique que nous apportons à nos images. Notre univers visuel trouve sa source dans notre mémoire, celle-ci est, pareille à chacun, collective et individuelle.L’association de nos images n’appartiennent pas, selon nous, au hasard, certaines fonctionnent, s’associent parfaitement, d’autres pas, comme si elles se choisissaient elles-mêmes. Le point de départ commun étant notre œil, il a ses propres règles, sa perception du cadre, sa vision de la scène, notre créativité repose sur cette logique, elle est, par conséquent, ordonnée, certes notre œil fonctionne comme un prisme et révèle notre inconscient.Peut-être nous ne vous répondons pas, enfin, cela serait une tentative de définition de ce que nous faisons.
      Bien à vous,
      Merci pour cet échange!

      Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.