Matérialités de l’image fixe

Ce n’est que lorsque que les choses se présentent voire se représentent que l’on parvient à voir, à envisager une autre scène. La dualité d’une séquence, le masque, la découpe, le tour, l’ovale, le décor…Les éléments se cachent, dehors, dedans, il requiert un arrêt et parfois, dans un moment fixe, la matière surgit et nous saisit. Je crois en la matérialité des images fixes. En ce moment, j’observe les supports de communication et les affiches des structures culturelles rouennaises labellisées. Je comprends la nécessité de la traduction de la matière, de son incarnation, là, un grain de peau, une larme, ici, un 1er plan, une forme assortie à une bulle, elle-même en écho à un maquillage…Qu’elle soit tragique, émotionnelle, elle semble, par sa pause, sa composition, uniformiser, aplanir, écraser, mettre au même niveau, soit le noir est éteint soit la couleur est sur éclairée. Une des raisons à cet affadissement tient en la volonté de disposer les corps et les éléments soient de profil soit de 3/4.

 

« Invinciblement l’image matérielle frappe de matérialité son sujet » Source

 

La matière s’accompagne de verbe d’actions, de strates, de couches, de superpositions. Elle est sculpture, gravure, une combinaison entre des vides et des pleins. Des contrastes viennent cracher ce qui reste comme ruines. La matière vibre, tremble mais se plie au cadre qu’elle dévore, parfois, qu’elle ronge.

 

La matérialité par la couleur: le noir

 

Go back to AF portrait IPL
Crédits IPL 2019

La preuve par le noir a été réalisée après de longs passages sans y voir clair puis le temps d’arrêt a déclaré son dû et c’est cette focalisation sur ce plan d’une scène d’ensemble qui le matérialise. Une disposition d’un lieu d’accueil pour une exposition était le réceptacle. C’est alors, lavée, délavée, plus noire encore que ces pourtours sont flous, issue de cet ensemble, elle est devenue sa raison d’être. La matière est essence, esprit, elle est intérieure.

Le noir fond, absorbe, dissout mais ses aspérités laissent transparaître des formes, des résidus, ici, un tableau de rue lors des samedis très mouvementés à Rouen entre les Gilets Jaunes et les CRS. Le noir n’incarne pas d’individualités mais la massification de l’ordre. Le nécessaire contraste au noir, pour lui donner du champ, est la somme de deux couleurs primaires, le rouge et le jaune. La matière est un fond, un contenu.

 

black IPL 22
Crédits IPL 2019

La matérialité par l’objet: l’écran

J’ai photographié, pour ceux  qui me suivent depuis 2014, beaucoup d’écrans…L’écran dans l’écran, le tactile de l’écran, les doigts qui touchent cette surface sensible, et l’écran plus volumineux qu’il soit de cinéma, de télévision ou encore d’ordinateur qui m’a donné à m’user les yeux…Pas de photographie sans cinéma, pas d’image sans écran, pas de portrait féminin sans personnage bref, la théâtralité du cadre, des plans est, pour moi, l’élément matériel combinatoire. (Il est une forme d’intelligence que l’on met rarement en évidence, et qui tient à la fois de l’intelligence abstraite et de l’intelligence intuitive : c’est l’intelligence que l’on pourrait appeler combinatoire, celle qui s’exerce aux échecs ou dans l’intrigue. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 640.Source)

access denied.jpg
Crédits IPL, 2018

La surface d’ Access Denied propose une impression usée, rayée, tachée, les gouttes d’eau apparaissent au second plan, et encore en arrière, une masse colorée et floue du contour d’un visage. Ce recentrage sur cette façade crée une interface entre ce qui pourrait avoir été touché et et ce qui était visible à l’origine. Nous sommes face à une altération du temps qu’aurait subi la « matière image ». Pourquoi son accès est-il refusé comme l’indique son titre ? Parce que ce sont, en 1er lieu, dans 1er temps, les dommages irréversibles subies par la matière qui empêchent l’image de rester immuable. L’accès nous est tout autant refusé qu’il l’est pour l’image elle-même: elle est dans l’obligation de recevoir, de s’exposer. La matière est substance.

 

La matérialité par le cadre: la végétation

Il peut être complexe de restituer une odeur, une sensation, l’image s’entête à rester fixe et contemplative, pour la sortir de là, j’ai délayé un peu, le visage reste visible dans un cadre naturel. Une construction par la végétation souligne des reliefs, des variétés comme des substrats. L’apparition du sujet, c’est ainsi que le portrait, par l’image, est frappé de matérialité. C’est elle qui fige le patron, la plastique, elle qui restitue selon son protocole, un tracé, des traits, une silhouette. La matière est un sujet.

 

Carréportrait IPL.jpg
Portrait végétal, crédits IPL, 2019

 

Une histoire à suivre,

 

IPL, Juin 2019.