IL MIRACOLO

ℕoire comme une sériΞ

➲ Le visionnage de la série de Niccolò Ammaniti a été un pur plaisir. Depuis ses personnages, la fluidité du montage, le recours habile à l’ellipse, la pertinence de l’interprétation, la bande son fabuleuse, la photographie splendide de Daria D’Antonio, on est fasciné par la cohérence de l’objet « Il Miracolo ».

 

 

☳ Cette création nous propulse dans des univers où l’expérience, la nôtre comme celle des protagonistes, se démontre à partir d’une succession d’indications. Linéaires ou non, ces entrées nous conduisent vers des interrogations qui ne cesseront d’aller et venir.

┒ Soit nous partons de notre regard de spectateur et considérons Il Miracolo telle une œuvre qui nous convie à lâcher prise, soit nous tentons de coller nos « volontés de comprendre » à ces récits.

//////

▴ L’effet boucle du déroulé emprunte volontiers des digressions pour revenir, modifié, vers une centralité narrative.

▸Tout tournera, désormais, autour d’un objet.

   

 

// Ce n’est pas un état du monde occidental qui est dressé, ni un portrait ni un constat que l’on peut déplier autour de protagonistes archétypaux, mais un instant T réflexif, philosophique déterminant, qui agit comme un vortex, autour duquel une chorale tragique va parvenir à se manifester.      

Une expérience de spectateur

⚪ Un objet qui se déplie en 8 épisodes. Objet au sens où Lacan l’entend, comme un ensemble de fonctions qui marque la cause du désir inconscient, l’objet de la pulsion partielle et le masquage imaginaire du réel.

—-Cette série, à l’instar de cette statue, est objet de fantasmes. D’un point de vue fictionnel c’est une manière imaginaire de dissimuler un réel (crise de la foi) en ayant recours à cet objet de la pulsion (statue).

⌘ La mise en présence de l‘objet vient spécifier une expérience de l’Ultime.

 

 » Ce qu’il y a de plus fondamental dans la pulsion, ce n’est pas tant la satisfaction mais « l’aller et retour où elle se structure ». Lacan  

 

▸Les allées et venues se multiplient, les face à face, l’évolution des rapports fonctionne comme un processus structurant. Ils vont crescendo.

◎ Les dimensions se sédimentent, elles cèdent le pas aux tensions et inversement altérant les climats de surprise, d’incompréhension, de satisfaction, les impressions de fascination, de révélation, et les faits avec l’objet de culte, la prière, l’écho à la dramaturgie de la mort du fils, le sacrifice, l’agonie du prêtre.

 

Typologie du Pouvoir

⌑ De ce tout, se dégage une ambiance qui se dépose telle une une irréalité nimbée au cœur des crises. De celle qui rattrape n’importe quel vernaculaire quotidien et qui accentue la puissance de tout acte.

▸Les enjeux personnels, individuels sont liés, inévitablement, aux logiques politiques et collectives. Puisqu’il s’agit de domination, qui ou plutôt Quoi domine quoi ?

 

 

▴ La définition de l’intérêt général se voit supplantée par celle du commun. Le saisissement de l’individuel passe par le prisme de la compréhension du « choisi« . Les êtres sont, tour à tous, élus, de façon mystique, religieuse, politique. Toutefois, dans nos sociétés contemporaines rongées par le doute, sont nous capables de comprendre qu’il existe de multiples manières d’être élu ?

◘ La démocratie de ce pays, l’Italie, semble posséder ses limites, de plus, le possible retrait de l’UE, par referendum, peut donner de la voix aux extrêmes, à une certaine forme d’obscurantisme.

//Le sang de cette statue, des hommes, les morts, les batailles, ce « Tout » permettra -t’il de laisser passer la Lumière ?

❑ Les éléments inhérents aux formes d’autorité ne cessent de se confronter. Le Pouvoir est narré à partir de ce qui peut le caractériser, celui de la science, de l’armée et de sa capacité à tenir secret, de la classe politique à l’aune de ses stratégies, du sacré, du peuple…

▵Le pouvoir c’est le savoir, y avoir accès, lui accorder tout le crédit nécessaire, ne pas le limiter, le taire, le cacher, s’en servir pour finir par triompher mais c’est aussi la toute puissance émotionnelle. 

◍ La force des émotions, de l’amour, du lien, se reflète dans l’appropriation.

 

Faire sien (avec sa famille), faire corps (contre les extrêmes en politique par exemple), faire mien (le vol et le remplacement de la statut par le général…

 

Prima facie

▷ Un pays, une nation, l‘Italie est en proie à un repli sur elle-même, un déclin idéologique qui pourrait la faire s’effondrer. Cette thématique est incarnée par des représentants, figures d’un monde, tous connectés les uns aux autres.

// De leur interdépendance, se dégage cette idée: au cours de notre existence nous frottons, immanquablement, la vie des autres.

► Ce qui arrive, se passe n’est pas sans conséquence pour l’autre. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme et c’est au milieu de ces vies, parfois décharnées, perdues, sacrifiées, qu’apparaît un miracle.

///La question de l‘instant choisi surgit. Il n’y a pas de hasard et les coïncidences n’existent pas: est-ce la perdition qui engendre le « choix » de cette apparition?

◖S’agit-il ici d’une question de morale ? Les conditions d’apparition de ce miracle s’adressent à nous.

// Cette statue est découverte par un fils qu’un père devait sacrifier. Le sang par le sang telle une définition de l’origine, qui est ce fils ? Qui est son père ? Et de qui est-il le fils ? 

⌑Au premier regard, une statue pleure des larmes de sang. Que faut-il comprendre ? Quel message ? Est-il à comprendre, à recevoir sans davantage questionner l’ineffable ?

 

▿Nous cernons, assez vite qu’à partir de la réception de ce miracle, des transformations, des changements et des mutations vont, incontestablement, se produire.

 

▪ Les émotions, les états de conscience et l’inconscient collectif, viennent se greffer aux narrations familiales et personnelles pour nous souligner combien nous sommes soumis à la question de la responsabilité du vivant et au respect des morts.

// Que nous le souhaitions ou non, il en va de notre commun.

 

 

Expérience mystique ?

Les expériences mystiques apparaissent comme une catégorie d’expériences perceptives de mise en présence de l’Ultime.

▔  »  Les expériences mystiques ne doivent pas être confondues avec les expériences religieuses dont elles ne formeraient qu’une sous-espèce. Les expériences religieuses peuvent aussi être des expériences liées à la vie religieuse en général. Une autre forme d’expérience religieuse qui ne doit pas être confondue avec l’expérience mystique est l’expérience perceptive sensorielle donnant l’occasion d’une reconnaissance de Dieu ou de l’Ultime. On peut considérer qu’un sublime couché de soleil est parfois une expérience religieuse mais pas une expérience mystique. « Les expériences mystiques peuvent-elles appartenir à des processus cognitifs ?

 

 Signatures et Réceptions

▒ Bien que plusieurs de ses romans aient été adaptés au cinéma, c’est la première fois que Niccolò Ammaniti assure la totalité du processus cinématographique : création de l’histoire, écriture du scénario, en collaboration avec Francesca Manieri, Francesca Marciano et Stefano Bises, et réalisation avec le concours de Francesco Munzi et Lucio Pellegrini.

Distribution

Il Miracolo réunit Guido Caprino (Fabrizio Pietromarchi, Président du Conseil italien), Alba Rohrwacher (Sandra Roversi, la biologiste), Lorenza Indovina (Clelia, une femme seule), Tommaso Ragno (Marcello, un prêtre en crise), Elena Lietti (Sole Pietromarchi, épouse de Fabrizio) et Sergio Albelli (Votta, général des carabiniers) – Monica Bellucci, Jean-Marc Barr et Javier Camara qui font un caméo.

 

Je me suis toujours demandé pourquoi les miracles existent et pourquoi il y a deux types de miracles dans la religion catholique. Le premier est le miracle qui est lié à l’espoir, qui est accordé aux malades grâce à leur foi et à leurs prières. Le miracle est dû à leur proximité avec Dieu, comme par exemple à Lourdes quand on reçoit la grâce. Le deuxième type de miracle est un peu plus étrange, il est plus païen et surnaturel. Et j’ai toujours été intéressé par ce deuxième type de miracle.
— Niccolò Ammaniti source

 

▚ La beauté plastique et formelle de cette création, nous l’avons déjà un peu abordé. La bande son est une réelle surprise, une expérience narrative à elle-seule qui m’a permis de découvrir un groupe, par exemple, dEUS, lors d’une sortie nocturne en voiture… source

la Réception critique met en lumière la place du Đoute.

—Les Inrocks « Télescopage des genres magnétisé par l’image d’une statuette de la Vierge pleurant des larmes de sang, la série italienne « Il Miracolo » séduit pas son ambition narrative et formelle mais pêche par complaisance et un esprit de sérieux écrasant. source

–Critique Télérama: « Une statuette de la Vierge pleure du sang, faisant vaciller les convictions du Premier ministre italien, mais aussi celles d’un prêtre, d’une hématologue et du chef des services secrets mis dans la confidence…source

 

Du récit à la photographie, tout est maîtrisé dans cette série nimbée de mystère diffusée en intégralité sur Arte.tv jusqu’au 25 février 2021. »

 

///La volonté écrasante de la classification par genre nous démontre combien nous sommes incapables de laisser libre court à l’expressivité d’une forme aussi plurielle, cette série est « Thriller » pour le journal Le Parisien:  source Ou encore Polar : critique blog du cinéma

______

ARTE/ Disponible jusqu’au 26 février : Série Il Miracolo

◐ Vous l’aurez, peut-être, compris, nous pourrions être intarissables sur cette série, tant les personnages sont en proie à des attitudes, des comportements qui divisent, magnifiés par des instants à la fois solennels et surréalistes d’une évocation poétique impressionnante.

——

Épisodes

  1. La Conservation de la matière (La conservazione della materia)
  2. Tous, sauf Lazare (Lazzaro a Parte)
  3. Le Premier Devoir des vivants (Il primo dovere dei vivi)
  4. La Substance noire (La sostanza nera)
  5. La Petite Flamme (La fiamma pilota)
  6. La Princesse des piscines (La principessa delle piscine)
  7. Mea culpa (Mea culpa)
  8. La Part inaliénable (La quota legittima)

Belle lecture à toutes et tous.

Isabelle Pompe L, admirative, 13 février 2021.

4 réflexions sur “IL MIRACOLO”

  1. Merci Isabelle pour cette analyse aussi dense que fine sur cette série. Je voyais passer l’annonce régulièrement mais sans être attirée. Là je suis convaincue et ce weekend tout gris sera propice au visionnage de qq épisodes. Je te dirais.

    J'aime

      1. Le ciel était vraiment gris plombé, le froid humide , tout concourrait Aujourd’hui a regarder la série en entier. Ce que j’ai fait callée sur mes oreillers. Un épisode entraîne le suivant. Des récits âpres, sans concession, des émotions a fleur de peau, des sentiments détournés, des personnages bien trempés. Même les enfants ne sont pas épargnés par la complexité de ce qui les anime. Un seul innocent : Nicolino. On est loin des bons sentiments et des happy ends. J’ai vraiment passé une belle journée. Encore merci !!

        Aimé par 1 personne

      2. Ravie. Sur Arte, je n’ai pas encore entrepris le visionnage d’ « En thérapie », par contre « Hatufim » est très bien, « Detectorists » apporte de la fraîcheur, « A Young Doctor’s Notebook » est intéressant. Sinon, si vous avez Netflix, je ne peux que vous recommander « Unbelievable ». Bon dimanche!

        J'aime

Les commentaires sont fermés.